Solutions

Produits

Ressources

Société

Mois : décembre 2018

« Le premier défi du RGPD est organisationnel »

Interview de Olivier Boutin, Directeur des Opérations Numériques, Lagardère Active
Interview de Jérémy Guérineau, Responsable Tracking et Tag Management, Lagardère Active

La gestion des consentements à l’heure du RGPD : une révolution ou une évolution pour les éditeurs de presse ?

OB – Le RGPD avait été annoncé suffisamment à l’avance pour l’anticiper et ainsi éviter une révolution. La brique de la gestion des consentements dans la chaine publicitaire a, en revanche, été plus soudaine et a nécessité une certaine agilité pour se mettre en conformité rapidement. La volonté de l’IAB de mettre en place un protocole commun à tous les acteurs a été une initiative salvatrice qui a permis un déploiement harmonisé et bien processé. Sur les délais en revanche, cette initiative est arrivée un peu tard par rapport au calendrier RGPD et il a fallu se mobiliser rapidement et compter sur la réactivité et l’efficacité de nos partenaires TMS pour être prêts dans les temps. Sur le fond à présent, il est un peu tôt pour voir l’impact du consentement préalable dans la chaine publicitaire mais, c’est sûr, c’est une responsabilité de plus qui incombe aux éditeurs puisque c’est à nous de le collecter et de s’assurer de sa conformité…

Comment résumer le(s) défi(s) opérationnel(s) que suscite le RGPD ? Votre préoccupation clé dans ce contexte ?

OB – Le premier défi est organisationnel : il s’agit d’abord d’expliquer à tous – équipe éditoriale, commerciale, technique, RH, etc. – ce qu’implique le RGPD. L’ensemble de l’appareil de production doit maîtriser les obligations du RGPD. Le second défi tient à notre échelle puisque nous comptons une vingtaine de sites et près de quatre-vingts applications… Il a donc fallu conformer au RGPD l’ensemble de cet écosystème digital.

Votre regard sur la solution apportée par Commanders Act ?

JG – Ce qui nous a permis de conformer au RGPD l’ensemble de nos sites, c’est le fait de nous appuyer sur un seul TMS (Tag Management System). Avec cette gestion centralisée, on a pu déployer les mécanismes requis rapidement et à grande échelle. D’autant qu’avec Commanders Act, il est plutôt aisé de jongler entre les différents types de messages (bannières, footers…). Sans cette agilité, sans cette capacité de couvrir tous nos univers depuis un seul outil, le travail aurait été clairement décuplé.

« Nous sommes dans un entre-deux avec beaucoup d’inconnues »

Interview de Romain Lhote, Digital Marketing Manager, L’Equipe

La gestion des consentements à l’heure du RGPD : une révolution ou une évolution ?

Le RGPD s’inscrit clairement dans une évolution réglementaire, clairement annoncée, ce qui nous a donné le temps d’étudier les différentes possibilités techniques. Le problème est que nous sommes toujours dans un entre-deux avec beaucoup d’inconnues. Parce qu’un autre règlement, ePrivacy, est encore en gestation. Parce que, aussi, le framework de l’IAB, ne semble pour le moment pas tout à fait adapté pour des usages non-publicitaires. Un exemple concret : comment interpréter les « purposes » de l’IAB (les catégories d’objectifs auxquelles attacher les tags) dans le contexte du RGPD ? La réponse ne semble pas évidente…

Comment résumer le(s) défi(s) opérationnel(s) que suscite le RGPD ? Votre préoccupation clé dans ce contexte ?

Le défi se résume simplement — comment perdre le moins de revenus tout en gérant les consentements de manière conforme ? – mais débouche pour un média sur des travaux lourds. Vu le nombre de tags que nous devons gérer, il n’y a pas d’autres solutions que d’en passer par un TMS (Tag Management System).

Votre regard sur la solution apportée par Commanders Act ?

Nous n’en sommes qu’au début de l’histoire avec le TMS puisque nous venons d’engager son déploiement. Toutefois, il est déjà évident que le fait de disposer avec une seule solution à la fois du TMS et de la CMP (Consent Management Platform) simplifie grandement la gouvernance comme la gestion au quotidien.

« Le gros atout de Commanders Act est d’être une plateforme impartiale »

Interview de Benjamin Drocourt, Directeur de la Régie Commerciale, Boursorama
Interview de Cyril Bourbon, Directeur Support Web, Boursorama

La gestion des consentements à l’heure du RGPD : une révolution ou une évolution pour les éditeurs de presse ?

BD – À nos yeux, il s’agit davantage d’une évolution, d’un mouvement qui met de l’ordre dans le marché. Avec une double activité Media & Banque, nous avons évidemment pris le sujet à bras le corps. Appliquée à notre site et couplée à la retenue de cookies tant que le consentement n’est pas recueilli, la collecte des consentements n’a pas occasionné de pertes d’audiences ou de données. Cela dit, Boursorama est un média particulier dont 75% du trafic arrive en direct avec en moyenne 7 pages vues par visite. Pas de Big Bang pour l’heure donc mais cela pourrait arriver avec ePrivacy…

Certains voient dans les débats actuels la preuve que les cookies ont atteint leurs limites…

BD – Des projets d’ID ou de log communs sont actuellement à l’étude et représentent selon moi de belles opportunités pour faire évoluer notre industrie mais je pense que les cookies ont encore de beaux jours devant eux. Tout cela pouvant être remis en question avec l’application d’ePrivacy qui reste encore floue à date, sur le fond comme sur la forme.
CB – Oui, le procédé est basique mais il se révèle finalement bien adapté à la réalité du digital et cela même à l’heure du RGPD. Nous le voyons d’ailleurs avec des landing pages plus commerciales que nous gérons aussi : une bonne gestion des cookies permet de se conformer au RGPD sans altérer sensiblement leur performance. Surtout, pour le moment, nous ne voyons pas vraiment une alternative émerger…

Votre regard sur la solution apportée par Commanders Act ?

BD – Le gros atout de TagCommander de notre point de vue c’est d’être une solution strictement technique, réellement neutre là où d’autres peuvent parfois être juge et partie. L’autre atout est très opérationnel puisque le TMS (Tag Management System) et la CMP (Consent Management Platform) sont une seule et même solution.

Pour ne rien manquer des dernières actualités de Commanders Act, abonnez-vous à notre newsletter !  

© Commanders Act. Tous droits réservés.
Powered by CREAATION.