Pourquoi une refonte du Dashboard de Consent Analytics de TrustCommander, 2 ans après l’entrée en vigueur du RGPD ?

13 Juillet 2021 | 311 0

Le marché avait besoin de statistiques mais la maturité manquait. Nous avons voulu simplifier et adopter une approche plus « métier » dans la sélection et la présentation des principales métriques dans TrustCommander.

Et puis les dernières directives de la CNIL, qui ne s’appliquent qu’au marché français à date, ont rendu obsolètes ou moins importantes certaines métriques. Mesurer le consentement implicite n’a plus de sens puisqu’il est non conforme en France. Nous avons donc repriorisé certaines informations et facilité les comparaisons inter-CMP. Ce point n’est pas le moins important car rien de plus déstabilisant pour un directeur e-commerce de voir derrière le même nom « taux de consentement » 2 choses aussi différentes que le taux de consentement au sens Commanders Act et la part de consentement. En expliquant ces différences, on permet à tout un chacun de se comparer et de progresser.

Le dernier enjeu important était de rendre lisible et compréhensible par tous cette réalité du « consentement ». Effectivement, la jeunesse du domaine du consentement fait qu’il existe encore peu de spécialistes du consentement; les équipes avec lesquelles nous travaillons sont souvent pluridisciplinaires mélangeant web analyst, spécialiste de l’activation, juridique, DPO, …chacun disposant de son propre vocabulaire et représentation des choses. Il fallait donc éviter tout jargon rendant la compréhension encore plus complexe. On a choisi un fil rouge simple, par exemple :

  • Comment les utilisateurs interagissent avec la CMP ?
  • Comment interagissent-ils avec le centre de préférences?

Associé à cette refonte « Consent Analytics », on en a profité pour permettre des exports programmables ainsi qu’une API GET statistics permettant à une équipe de rapatrier ces statistiques pour nourrir des environnements de Data Visualisation (Power BI, Tableau Software, Qlik Sense, Google Data Studio,…).

Enfin, l’enrichissement en temps réel est également possible via API permettant de nourrir en temps réel une solution d’analytics exemptée.

La valeur du consentement offrira un trigger à l’éditeur web analytics lui permettant d’orienter le traitement des données collectées soit vers sa solution standard, soit vers sa solution exemptée CNIL. Nous l’avons réalisé avec des clients AT Internet qui offre aujourd’hui une solution exemptée et nous l’avons mis en place avec des clients Google Analytics ayant fait le choix de continuer à le déclencher sans consentement (ce qui à date du 13 juillet n’est pas encore validé par la CNIL).

Dans quel sens le sujet du « Consent Analytics » va-t-il évoluer ?

Nous voyons des évolutions dans certaines dimensions. Pour avancer dans la compréhension de ce qui fait varier le taux de consentement, nous avons besoin de monitorer les variations des différents indicateurs, de pouvoir les remettre en contexte et de les segmenter davantage.

On fera apparaître par la suite :

  • Plus de possibilité de segmenter les dashboards en fonction de critères comme le navigateur, la taille d’écran, la source de trafic,… Autant de dimensions qui peuvent permettre de comprendre plus finement la valeur de ces métriques ;
  • L’ajout de graphiques pour aider à la lecture et à la compréhension des tendances ;
  • Des rapports dédiés à l’analyse des tests AB plutôt que d’aller lire dans Excel le résultat des tests ?

TrustCommander vous permet d’avoir le même Dashboard pour les applications et le web avec une implémentation basée sur l’API.

Pour aller plus loin sur le sujet du consentement, vous pouvez consulter nos contenus :

Pour ne rien manquer des dernières actualités de Commanders Act, abonnez-vous à notre newsletter !