« Nous sommes dans un entre-deux avec beaucoup d’inconnues »

Par Annabelle Laudano 07 Décembre 2018 | 305 0

Romain Lhote, Digital Marketing Manager, L’Equipe

La gestion des consentements à l’heure du RGPD : une révolution ou une évolution ?
Le RGPD s’inscrit clairement dans une évolution réglementaire, clairement annoncée, ce qui nous a donné le temps d’étudier les différentes possibilités techniques. Le problème est que nous sommes toujours dans un entre-deux avec beaucoup d’inconnues. Parce qu’un autre règlement, ePrivacy, est encore en gestation. Parce que, aussi, le framework de l’IAB, ne semble pour le moment pas tout à fait adapté pour des usages non-publicitaires. Un exemple concret : comment interpréter les « purposes » de l’IAB (les catégories d’objectifs auxquelles attacher les tags) dans le contexte du RGPD ? La réponse ne semble pas évidente…

Comment résumer le(s) défi(s) opérationnel(s) que suscite le RGPD ? Votre préoccupation clé dans ce contexte ?
Le défi se résume simplement — comment perdre le moins de revenus tout en gérant les consentements de manière conforme ? – mais débouche pour un média sur des travaux lourds. Vu le nombre de tags que nous devons gérer, il n’y a pas d’autres solutions que d’en passer par un TMS (Tag Management System).

Votre regard sur la solution apportée par Commanders Act ?
Nous n’en sommes qu’au début de l’histoire avec le TMS puisque nous venons d’engager son déploiement. Toutefois, il est déjà évident que le fait de disposer avec une seule solution à la fois du TMS et de la CMP (Consent Management Platform) simplifie grandement la gouvernance comme la gestion au quotidien.

Envie d'une démo ?